GIPSE, L'excellence en formation

L'EVALUATION DANS LE PROCESSUS DIDACTIQUE

Durée : 14 heures | Type : Inter

Pré-requis

Public visé

Tout formateur exerçant en école ou institut préparant aux professions sanitaires et sociales.

Objectif pédagogique

L’évaluation est toujours revenue au cœur des débats de façon récurrente, mais son poids s’est alourdi depuis l’entrée en vigueur des nouveaux programmes, et les principes auxquels les formateurs se référaient ne suffisent plus à en faire un moteur au développement des compétences. Elle subit les conséquences de l’intégration d’un concept nouveau et mal maîtrisé de compétence (s), sujet à interprétations variables, et de son télescopage avec les objectifs pédagogiques, à propos desquels la formation des formateurs n’a plus l’importance qu’elle a connue lorsque les précédents programmes étaient en application. Pour beaucoup de formateurs, malgré le libellé des U.E., la compétence est venue se substituer aux objectifs, rendant en cela plus difficile l’organisation de l’évaluation.

De longue date, les pédagogues ont reconnu que l’on évaluait ce à quoi l’on tenait, et cela reste vrai. On sait aussi que l’étudiant travaille avant tout pour la validation, et qu’il faut donc valider ce qui est utile sur le plan professionnel. Il s’agit de deux principes restant admis, même si l’examen des contenus des évaluations démontre qu’ils restent souvent à l’état de principes. La course à l’U.E. a donné en outre un poids tel à la validation que c’est elle plus que l’évaluation proprement dite qui se pose comme centre d’intérêt prioritaire pour l’étudiant.

Parler d’évaluation aujourd’hui impose donc de parler de validation, de resituer l’évaluation dans le processus didactique et de lui associer la question de la motivation, dans la mesure où la validation est devenue la motivation extrinsèque exclusive.

Ce renforcement des représentations scolaires de l’évaluation vient en outre s’inscrire en faux (fait obstacle à l’EPP, changer de registre entre la1 ère et 3 ème année entre il faut que j’ai validé des UE et je dois être capable de mesurer ce que je fais) par rapport à l’évaluation professionnelle et amène sur les lieux de l’exercice professionnel des jeunes professionnels dont les souvenirs de l’évaluation s’inscrit dans la continuité de ce qu’ils ont vécus durant les études secondaires. L’objectif, à l’origine cité comme principal outil de motivation (intrinsèque), est devenu à cause de ses liens avec l’évaluation, l’un des principaux outils de démotivation des étudiants. Il ne faut donc pas croire que le rapport des étudiants à l’évaluation se modifiera en n’agissant que sur l’évaluation : elle doit aujourd’hui être réinsérée dans le processus didactique général, à l’interface entre l’exercice pédagogique et l’exercice professionnel, et cesser d’être posée comme une fin en soi.

Modalités pédagogiques

L’organisation de la session permettra à chacun des participants de transposersur leurs pratiques de formateurs les expériences vécues en qualité d’apprenant.

Elle reposera sur le principe de l’alternance des savoirs :

Apport sur les cadres théoriques respectifs des trois méthodes ;

  • Analyse critique de supports existants;
  • Exercices progressifs d’application;
  • Construction d’au moins un nouveau jeu de cartes complet.

Programme

  • Repositionner l’évaluation dans le processus didactique, en explicitant les liens qu’elle entretient avec ses autres constituants et notamment les objectifs, les intentions, les méthodes et les contenus ;
  • Caractériser l’évaluation des compétences de façon à la concilier dans un projet unique avec l’évaluation des objectifs pédagogiques ;
  • Clarifier le rapport sémantique entre la valeur, l’évaluation et la validation ;
  • Mettre en évidence les relations et les obstacles entre l’évaluation et le développement de l’intérêt, et entre le développement de l’intérêt et la motivation ;
  • Concevoir des épreuves d’évaluation s’inscrivant dans un processus didactique cohérent. 

(Formulation des questions, questions de connaissance/de raisonnement/de réflexion, temps imparti par question,…).

Tarifs

Tarif non adhérents : 500 €
Tarif adhérents : 450 €

Gestionnaire de formation

Darles
darles.d@chu-toulouse.fr
05 61 32 43 98